Rubriques principales

Accueil Villejuif-Autrement ACCUEIL
1. Conseils municipaux Conseils municipaux

2. Conseils de quartier Conseils de quartier

3. Militer Militer
Contacts Contacts
Tracts Tracts
Tribunes Tribunes

4. FAQ FAQ

5. Ailleurs Ailleurs

6. Municipales 2001 Municipales 2001
La campagne La campagne
Thèmes Thèmes
Dernières parutions

Démocratie : il y a encore du travail !Démocratie : il y a encore du travail !

Les marchés et l’institut national du cancerLes marchés et l’institut national du cancer

Villejuif, ville dangereuseVillejuif, ville dangereuse

votre chemin : Accueil > Militer > Tribunes > 2004 Tribunes des Verts-Villejuif autrement


2004 Tribunes des Verts-Villejuif autrement
Les tribunes de l’année 2004.

Sommaire

Les tribunes

    Démocratie : il y a encore du travail ! Démocratie : il y a encore du travail !
    mai 2004
    Ça se passe au conseil municipal de février. Nous exprimons notre désaccord avec la majorité sur certaines orientations budgétaires. Réponse : ricanements et quolibets.

    Ça se passe dans le journal Le Parisien. Une page sur le budget de Villejuif, les trois-quarts consacrés à une interview de notre maire, et un encart pour nous : la majorité municipale crie au complot.

    Ça se passe dans une boutique. « Il paraît, dit un citoyen qui se veut informé, que vous êtes contre la culture et que vous ne voulez pas de la médiathèque ! ». Rétablissons les faits : nous demandons une médiathèque digne de ce nom depuis 1997. Ce que nous contestons, ce sont ses dimensions, et sa climatisation, écologiquement dangereuse, et chère (1 million d’€). Ainsi que la construction d’une 2ème salle de théâtre (la 3ème avec la MPT Gérard Philippe). Voilà ce que nous avions dit lors du débat sur les orientations budgétaires. La majorité ne nous a pas entendus et a préféré réduire les dépenses de solidarité (colonies de vacances, mini-séjours, etc.) : voilà pourquoi nous n’avons pas voté le budget.

    Ça se passe dans les rues. Les panneaux et les murs sont recouverts d’affiches électorales du PCF. Nous avons eu naguère à payer une amende pour une seule affiche sur un panneau administratif. Il y a donc deux poids deux mesures…

    Ça se passe dans le nouveau « VNV » : nous n’aurons plus de tribune que tous les deux mois.

    Tout ceci marque une conception faussée de la démocratie. Pour nous, la démocratie locale s’exerce à deux niveaux : démocratie représentative par l’élection de la municipalité ; démocratie participative par l’engagement des citoyen-ne-s dans la prise de responsabilité (conseils de quartier, débats publics des décisions). Nous avons à Villejuif une démocratie qui permet d’exclure les opposants et de limiter les débats. Il est temps de changer de perspective !

    NB - 5 juin : journée nationale anti-pub. Si vous en avez assez des kilos de prospectus et pubs, gardez les, apportez-les nous ou contactez-nous sur le marché du Centre les 8 et 22 mai (10h-12h).

    Villejuif, ville dangereuse Villejuif, ville dangereuse
    juin 2004
    Le Villejuifois doit être maigre. Quand il sort de chez lui, dans le bout de la rue Eugène Le Bigot, ou rue René Hamon, gare à ses fesses : les voitures rasent le très étroit trottoir, quand elles ne montent pas dessus. Mais si le Villejuifois doit être maigre, ses bébés ont intérêt à être rachitiques pour tenir dans des poussettes modèle réduit, à une roue, par exemple. Le mieux serait que les bébés fassent de la trottinette…

    On plaisante, mais c’est grave. Quand les promoteurs immobiliers ont le droit de construire sans laisser l’espace nécessaire à la voirie, quand l’espace restant est dévolu aux voitures, quand celles-ci montent sur les trottoirs, ou dévalent à toutes pompes certaines rues, quand surtout l’habitant qui se sent menacé se plaint de cette dérive auprès des responsables de la commune, et qu’il se plaint et re-plaint EN VAIN… la colère monte.

    Notre espace urbain n’est plus vivable, il devient assassin. C’est miracle qu’il n’y ait pas plus de piétons écrabouillés dans notre bonne ville. Qu’est-ce qu’on attend ? Faisons de ces petites rues des voies piétonnières. Et fixons des limites aux bétonneurs !

    Villejuif, ville genereuse…

    Si la commune est dangereuse, elle est aussi super généreuse. La « bourse aux projets » destinée aux jeunes de 16 à 25 ans, et subventionnée par l’argent des contribuables (municipalité et conseil général), est attribuée sans prise en compte du niveau de ressource, et finance trop facilement de simples vacances. Le « projet » n’est pas toujours collectif, ni à visée humanitaire ou éducative (au sens large), comme une telle bourse devrait y inciter. Ainsi on risque de faire des administrés des « anti-citoyens » voyant la collectivité comme une vache à lait envers qui ils n’ont que des droits, mais aucun devoir : tout le contraire de l’objectif exprimé.

    Les marchés et l’institut national du cancer Les marchés et l’institut national du cancer
    novembre 2004

    Les marchés : le cœur d’une ville

    Aucun lieu dans une ville n’apporte autant de vie, de convivialité, de brassage de populations, de générations, que les marchés. Ils existent dans tous les pays, depuis toujours, c’est qu’ils sont vitaux. Ils donnent un cœur aux villes, des odeurs, des couleurs, l’envie de flâner, d’échanger... Rôle convivial, mais aussi social : les produits sont moins cher (Que Choisir, oct. 2004). Rôle économique face aux hyper et supermarchés qui envahissent le pays, imposent ce que l’on doit manger, écrasent les agriculteurs producteurs et suppriment des emplois. C’est le commerce de proximité contre la mondialisation. Enfin, à une époque où on cherche à améliorer l’alimentation, ils proposent des produits plus variés, plus frais.

    Et pourtant que fait-on pour eux ?

    Le marché du Centre réaménagé sera-t-il mieux ? Il faut l’espérer !

    Le marché Delaune, mal éclairé, mal agencé, pas même repeint, survit tristement.

    Le marché Pasteur n’existe plus que grâce à deux ou trois commerçants. Il doit traverser la nationale 7.

    Mais quand ? dans quelles conditions ?

    Ne joue-t-on pas contre nos marchés, quand la majorité favorise l’agrandissement de Carrefour et l’installation de vingt nouvelles boutiques ?

    Pour des marchés plus prospères, il faudrait :
    - diminuer le prix des emplacements, ce qui inciterait les commerçants à y venir ;
    - organiser des fêtes à thème, des promotions ;
    - trouver des solutions pour le parking pour éviter les contraventions ;
    - changer les horaires(en semaine), peut-être en fin de journée ? Dans des villes de plus en plus vides, aidons, aimons nos marchés. Ils nous le rendront au centuple.

    L’Institut National du Cancer ?

    Ce futur Institut sera-t-il installé sur Villejuif ? La municipalité se mobilise dans ce but. Longtemps, nos élus étaient bien seuls à dire que nos trois hôpitaux étaient une richesse pour la ville, et qu’ils devraient attirer laboratoires de recherche, industries pharmaceutiques, etc.

    En face, la majorité répétait que la ville était « pauvre » et réclamait la perception de taxes professionnelles sur les emplois hospitaliers. Pour nous, une TP risquait de se répercuter sur le trou de la Sécu ; répéter que Villejuif était sinistrée n’était pas fait pour renforcer son dynamisme ; l’emploi sur notre commune bénéficiait de ce secteur hospitalier. La majorité a-t-elle évolué ?

 Accueil | Plan du site | Admin | Conseils municipaux | Conseils de quartier | Militer | FAQ | Ailleurs | Municipales 2001 Site réalisé grâce à Site réalisé grâce à Spip © 2002 Perline