rechercher
Rubriques principales

Accueil Villejuif-Autrement ACCUEIL
1. Conseils municipaux Conseils municipaux

2. Conseils de quartier Conseils de quartier

3. Militer Militer
Contacts Contacts
Tracts Tracts
Tribunes Tribunes

4. FAQ FAQ

5. Ailleurs Ailleurs

6. Municipales 2001 Municipales 2001
La campagne La campagne
Thèmes Thèmes
Dans la même rubrique


Qu’est devenu Villejuif Autrement ? Qu’est devenu Villejuif Autrement ?
Déclaration pour le vote du Budget 2007 Déclaration pour le vote du Budget 2007
Sur le contrat Urbain de Cohésion sociale Sur le contrat Urbain de Cohésion sociale
Villejuif et le Plan de Protection de l’Atmosphère Villejuif et le Plan de Protection de l’Atmosphère
Coupe du monde de football : Non au « complexe prostitutionnel » ! Coupe du monde de football : Non au « complexe prostitutionnel » !
Déclaration pour le Budget 2006 Déclaration pour le Budget 2006
A propos du Plan de Protection de l’Atmosphère A propos du Plan de Protection de l’Atmosphère
L’Île-de-France « zone sans AGCS ! L’Île-de-France « zone sans AGCS !
L’usine d’incinération d’Ivry L’usine d’incinération d’Ivry
Centres de loisir Centres de loisir
Sites recommandés


Le site Le site officiel de Villejuif
votre chemin : Accueil > Conseils municipaux > Déclaration pour les orientations budgétaires 2008 Version à imprimerPour imprimer

Déclaration pour les orientations budgétaires 2008
Conseil municipal du 29 novembre 2007

2 décembre 2007

Mmes, Mlles , Mrs,

Mme le Maire, chers collègues

Nous tenons en préambule à remercier le personnel communal pour son travail efficace ayant permis d’avoir en novembre des orientations budgétaires avec une approche des grandes masses et équilibres budgétaires.

Nous pensons devoir faire oeuvre de pédagogie et nous présentons donc notre analyse du document.

Sur le contexte national, nous partageons l’analyse contenue dans le rapport et dénonçons la politique menée par la droite sous Chirac et Sarkozy. Nous ne nous faisons aucune illusion sur la politique qui sera menée pendant ces cinq années, le Président de la République « fera ce qu’il a dit » au cours de sa campagne électorale.

Nous sommes également inquiets de ses répercussions sur les finances locales : celles de notre ville et de la CAVB.

Pour notre communauté d’agglomération, cela se traduit notamment par la difficulté d’avoir totalement la maîtrise de ses recettes : l’Etat décidant d’exonérations non compensées. La politique de développement économique a corrélativement moins d’impact sur les finances communautaires (plafonnement en fonction de la valeur ajoutée : 75% des entreprises du territoire) et la moindre relation entre les entreprises et le territoire : l’Etat par le jeu des certaines compensations devenant le plus gros contribuable local.

Pour notre commune, cela se traduit par une hausse moins importante des dotations diverses de l’Etat ainsi qu’une stabilisation des recettes provenant de la CAVB.

La majorité municipale nous présente comme chaque année des objectifs dans des domaines d’intervention qui ne peuvent faire que l’unanimité au sein de ce CM :

- Relever le défi d’un aménagement équilibré :

.Garantir une offre de logements diversifiés et défendre le logement social

Nous réitérons nos demandes :

- d’arrêt des acquisitions foncières forcenées tant qu’une réflexion globale sur la Ville en matière d’urbanisme n’aura pas été menée à bien, avec la mise en œuvre du Plan Local d’Habitat, et le Plan Local d’Urbanisme et des délais d’aménagement pas trop lointains.

- mettre fin à la concentration d’immeubles et donc de populations dans un périmètre réduit, qui à terme provoquera des problèmes

- de mixité des nouvelles constructions en intégrant des logements sociaux à l’intérieur des nouveaux programmes

- d’accompagner l’OPHLM sur une politique ambitieuse de rénovation de son parc locatif

Œuvrer au développement économique et de l’emploi

Nous sommes sensibles à la volonté de mettre cette matière aux niveau des priorités, y compris par la majorité de la majorité, après trop d’années perdues en raison de freins idéologiques. Cependant la construction immodérée de bureaux (qui n’ont pas trouvé de preneur d’ailleurs) n’est pas un gage de développement de l’emploi sur notre commune. Les développements des activités dans le domaine de la santé ne doit pas occulter la nécessité d’attirer également des artisans, commerçants et professions libérales qui pourront effectivement créer des emplois sur notre ville.

Développer des modes de transports collectifs modernes et dimensionnés à hauteur de des besoins Soyons sérieux, cette partie du texte expose des projets qui soit ne sont pas de notre compétence (tramway, Orbival….) soit sur lesquels nous avons peu d’impact (Pôle Aragon). Nous ne pouvons qu’accentuer la pression sur les institutions compétentes.

Préserver notre environnement et améliorer le cadre de vie quotidien des Villejuifois

Encore une fois, vous avez quand même peu d’idées en cette matière et dans le cadre global développement durable.

Comme à chaque fois, vous nous ressortez le plat de la géothermie que vous mettez à toutes les sauces, mais qu’on attend toujours.

Quant à vos espaces publics verts ou espaces verts publics, vous évoquez le mail piétonnier aux Esselières, c’est un chemin ; quant à la cité Alexandre Dumas, nous n’avons toujours le résultat de l’étude commandée à grands frais.

En matière de fleurissement, il y a beaucoup à dire sur les disparités entre les différents quartiers de la Ville et également en relation avec « l’entretien des abords » des habitats collectifs, en particulier ceux gérés par l’OPHLM.

Quand à la propreté, c’est un des grands sujets de mécontentement des habitants. Décharges sauvages, tri collectif peu efficace, ramassage des encombrants réduit à une fois par mois, etc.

Enfin, nous sommes étonnés du mot employé en matière de circulations douces et en particulier de pistes cyclables : « poursuivre la rénovation »…

- Garantir un aménagement équilibré de notre commune et le désenclavement des quartiers Sud

Une nouvelle fois, nous demandons que « les acquisitions foncières soient effectivement ciblées » en fonction de résultat de l’étude réalisée sur la cité Lamartine (résultats non communiqués) et une vision globale de la politique d’urbanisme à mener en liaison avec la requalification de la N7 en boulevard urbain, qui risque de tarder, et son aménagement pour le tramway dans le sud de la ville.

Affirmer Villejuif comme ville solidaire et la doter d’équipements publics nécessaires aux habitants

- Concrétiser , malgré les restrictions budgétaires imposées par l’Etat et la CAF, nos ambitions en matière de petite enfance

Là encore, les ambitions sont malheureusement limitées et tardives : l’ouverture de la crèche L. Aubrac en 2008 et celle des Guipons en 2009 ne satisferont pas toutes les demandes actuelles et leur augmentation future prévisible en raison des nouvelles constructions réalisées.

Il sera nécessaire de développer de nouveaux partenariats et d’encourager la création de crèches d’entreprise, de crèches associatives ou parentales, la formation des assistantes maternelles (valorisation de ces emplois).

La maison des parents ne semblent pas avoir fait l’unanimité lors de l’observatoire des engagements.

- Assurer la continuité du dialogue engagé avec la jeunesse

Malgré un certain nombre de problèmes de représentativité liés au faible nombre de participants aux « assises de la jeunesse, certaines demandes ont été assez pertinentes : notamment une antenne de la Mission Locale à Villejuif. Cette demande n’a pas été retenue.

Une structure de consultation et de réflexion de la jeunesse, peut-être sur le mode de fonctionnement des Comités de Quartier, devra être mise en place.

- Garantir notre soutien au mouvement sportif

Si nous avons obtenus la possibilité de siéger à la commission mixte USV , il est encore inefficace d’exprimer un avis contraire lors des séances et d’avoir des réponses à nos interrogations légitimes. Et cela vaut pour toutes les commissions paritaires.

- Renforcer nos efforts en direction de l’éducation et l’enfance

Nous avons souvent dénoncé l’irresponsabilité de la majorité municipale et son imprévoyance en matière de places dans les écoles, ayant densifié certains quartiers sans avoir prévu ou voulu prévoir les structures éducatives correspondantes. Rappelons que la construction de G. Sand et le reconstruction de Lebon ont été imposées par des circonstances spéciales et par la nécessité urgente.

- Maintenir le niveau de nos actions culturelles et leur diversité

Si nous avons réclamé longtemps une médiathèque, maintenant qu’elle est construite (avec certaines imperfections), interrogeons-nous sur la politique culturelle à mener dans ce cadre. Il semble, en particulier, que l’espace « petite enfance » fonctionne au ralenti.

- Conserver l’accès à tous à la santé

Nous devons effectivement maintenir notre politique de solidarité dans le domaine de la santé et œuvrer au maintien des services publics de proximité. Malgré l’excellence du centre de santé P. Rouquès, nous rappelons notre opposition dans le passé à la suppression du centre de santé D. Casanova...

- Consolider nos actions de solidarité, le développement du lien social et notre soutien aux projets de quartier

Si cet axe est plus que prioritaire, nous pensons que ces actions doivent être menées autrement. Il faut encourager les initiatives dans les quartiers et non pas imposer un mode d’activités émanant de tel ou tel service de la municipalité et adossées à la SEMGEST avec des coûts trop importants.

Pour les dynamiques collectives, elles ne semblaient pas tellement encouragées (cf Le Vercors).

Nous voulons instaurer un véritable partenariat de projets avec les associations implantées localement et pour remplacer des attributions empreintes de nostalgie et/ou d’idéologie.

- Conforter la démocratie participative et prolonger l’implication des habitants au-delà des Assises

Nous dénonçons une nouvelle fois le mode de consultation des Villejuifois que vous avez adopté au cours des Assises. La majorité, avec l’aide de consultants, les a orientées avec des résultats assez décevants et un coût indécent pour une ville que vous disiez jadis « sinistrée » et aujourd’hui « pauvre ».

Nous sommes plus favorables à des formes plus en relation avec les quartiers et avons la volonté de développer les CIC pour leur donner une vocation située entre jury citoyen, lieu de proposition et de gestion de budget.

Optimiser les moyens du service public municipal

Nous avons plusieurs fois demandé la communication aux élus de l’opposition des résultats des assises du personnel communal.

Nous pensons que celui-ci a été source de proposition pour l’efficacité et la défense du service public local.

Il n’est pas possible de se présenter comme défenseur des services publics et ne pas valoriser ses agents par une absence de gestion du personnel, une politique de formation insuffisante et de recrutement et d’avancement d’un autre âge. Nous pensons également qu’une gestion des ressources humaines est indispensable dans la commune pour dégager des marges de manœuvres afin d’améliorer les régimes indemnitaires.

Entrons maintenant dans les données comptables proposées

Comme tous les ans, on nous propose des orientations où le budget est déséquilibré de 5M340 (année précédente 5M340).

Faute de temps, l’on n’a pas pu avoir ce que pourrait être un budget équilibré. Nous avons échappé cette année à la version virtuelle présentant un excédent de 11 M200 (le PCF aurait renoncé en période électorale à la taxation des actifs financiers des entreprises ?).

Quelle peut-être la méthode pour arriver à l’équilibre ? Il faut dégager 5M340 en trouvant des recettes ou en diminuant des dépenses.

Il semble difficile de diminuer les dépenses d’investissements qui sont minimales, peut-être juste en maîtriser les coûts en limitant les appels d’offre au strict nécessaire , les travaux supplémentaires ruineux et en assurant un suivi de chantier performant .

L’augmentation du montant de l’emprunt serait désastreuse : nous avons déjà une dette par habitant double de celle de la strate ; nous empruntons déjà plus que ce que nous remboursons.

Alors , il faut trouver des financements de nos investissements auprès de partenaires sans exclusive.

Le problème réside donc sur le poste fonctionnement, puisque nous avons toujours une épargne nette négative, autrement dit nous dépensons trop et n’avons pas la capacité de rembourser l’annuité (intérêts+capital) de la dette . Si nous excluons d’augmenter la pression fiscale (maintien des taux) qui est déjà très élevée et si, à moins d’un miracle, les dotations de l’Etat seront celles prévues et les flux provenant de la CAVB également, il ne reste qu’à diminuer les dépenses de fonctionnement.

Comme nous l’avons répété à de multiples reprises, nous préconisons la réduction des dépenses à caractère essentiellement clientéliste (une partie du budget « fêtes et cérémonies »), une plus grande maîtrise des coûts des appels d’offres ou dans les délégations de services publics (rééquilibrage du contrat avec la Semgest), la limitation du budget de communication qui sert surtout d’instruments de propagande de l’exécutif, la suppression de certains avantages consentis à certains élus (voitures de fonction+les coûts directs), une gestion plus rigoureuse des prestations du SIIM afin de rendre plus favorable à la ville le rapport qualité/prix de ses prestations,une interrogation sur la nécessité de maintenir certains postes de chargés de mission ou certains emplois hors filières FPT.

Etant dans l’opposition depuis 12 ans, nous n’avons pas accès à toute l’information et nous n’avons présenté que certaines pistes qui nous ont sauté aux yeux.

Pour la prochaine équipe qui sera aux commandes, la marge de manoeuvre sera très délicate en raison de l’héritage de la gestion communiste (80 ans) avec la structure de budget déséquilibrée décrite plus haut et un endettement trop fort.

Merci de votre attention.


Il y a 0 contribution(s) au forum.
 Accueil | Plan du site | Admin | Conseils municipaux | Conseils de quartier | Militer | FAQ | Ailleurs | Municipales 2001 Site réalisé grâce à Site réalisé grâce à Spip © 2002 Perline